Archives de Tag: prière

Vendredi 13 novembre 2015

lacrime2

Requiem aeternam dona eis Domine, et lux perpetua luceat eis

 

 

 


SAVOIR PERDRE SON TEMPS

$_57

Nous avons besoin de travailler pour manger et pour vivre.

L’accomplissement de la tâche nourricière nous absorbe tout entier et nous continuons à travailler de peur qu’il ne nous manque quelque chose, alors même qu’il ne nous manque plus rien, et que nous suffoquons sous la quantité des objets que nous fabriquons, que nous achetons, voire même que nous pourrions acheter. De fil en aiguille, nous travaillons pour travailler comme si, en soi, le travail avait quelque valeur. Nous avons oublié qu’il était ordonné à autre chose qu’à la chose qu’il représente. Il devient à lui-même sa propre fin et, comme tel, il nous ennuie. Au lieu que le travail soit réalisé pour l’homme, tout se passe comme si c’était l’homme qui était fait pour le travail. Nous nous emmurons en lui et nous faisons de cette tombe laborieuse un des plus grands sujets de gloire.

Combien d’infidélités à l’autre et d’inattentions le travail n’excuse-t-il pas ? Combien de lâchetés n’y a-t-il pas dans notre précipitation, dans le débordement de nos professions mises au premier rang de nos soucis?

Nous travaillons pour que jamais rien ne nous manque, ou – plus subtilement encore – pour que rien ne manque à nos familles et à nos frères. Les grandes causes se confondent avec le gavage des oies.

Un jour ou l’autre, cependant, alors que nous croirons « avoir tout fait » pour notre femme, notre enfant ou notre frère et qu’ils ne « manqueront de rien », nous nous étonnerons d’apprendre qu’ils sont malades d’être rassasiés et qu’ils demandent autre chose. Nous demanderons encore « quoi faire », incapables que nous serons d’entrevoir que nous « faisons » trop et que c’est de cela qu’ils meurent. Ils ne sont mesurés qu’à l’empan de notre effort ou de notre fatigue et nous leur disons trop que c’est « pour eux ». Les gouttes de sueur et le mérite de l’effort ne valorisent que nous.

L’âpreté au travail est l’obstacle majeur à la découverte de l’espace vide qui, dans nos cœurs, témoigne des autres : nous faisons mine d’y entasser la fausse présence de nos bricoles. Ils ne perçoivent même plus que nous confisquons un air et un espace qui sont les leurs tant ils sont submergés de nos préoccupations agressives ou doucereuses. Ils ne peuvent plus y échapper sans nous irriter. Aussi la seule manière qui soit à leur disposition de nier ou de refuser cette invasion est de se nier eux-mêmes très inconsciemment certes, mais très efficacement. En tant qu’objets de notre besoin, ils disparaissent dans la maladie ce qui n’est pas sans entraîner une certaine satisfaction et le redoublement de la possession… car, s’ils sont malades, il faut bien que nous leur venions en aide. Cercle infernal dans lequel notre activité tourne à vide sur elle-même et ne témoigne de rien d’autre. Elle nous « défait ».

« Il y a quelque chose de pire que l’oisiveté pour défaire un homme : le travail – dit Jean Sullivan dans « Le plus petit abîme » – quelque chose de pire que l’échec : la réussite… Je vais te dire ce que ta femme, tes enfants attendent de toi : que tu existes ».

La tentation du pseudo-dépassement de soi dans le labeur est subtile. D’autant plus que le surmenage attristant qui l’atteste ne va pas sans une secrète jouissance. Il sert de révélateur discret ou éclatant à la valeureuse et souffrante image que nous nous faisons et que les autres se font de nous. Le « forcing » est au travail ce que le perfectionnisme est à la prière: mécanisme d’engloutissement. « Ne pas perdre une minute », ne pas savoir « rester sans rien faire », sont des formules qui, érigées ici et là en formules d’éducation, dénotent l’organisation contraignante qui nous dévore dans nos loisirs mêmes et nous dépossède jusqu’au dénuement de tout plaisir.

La préoccupation, la dépendance, la fatigue et l’usure nous rassurent et nous justifient. Elles nous font accéder au sentiment névrotique d’exister. Nous en avons besoin comme d’une drogue. Plus la vie prend d’accélération, plus 1′automatisme de nos gestes nous rend ivres et moins nous percevons le sens de la vie dans le surcroît d’une présence qui cesse d’être efficace. Le militantisme du chrétien, le pointillisme du religieux, l’extensionisme de l’homme d’affaires sont des contrefaçons de l’action dans leur ordre respectif: social, religieux, familial. Ces contrefaçons mènent tôt ou tard à la faillite, à l’isolement ou à la dépression nerveuse.

L’enfouissement dans le travail est peut-être le plus grand obstacle à la découverte de soi et de l’autre. Il n’est pas vrai que l’homme ne se réalise que dans l’action. L’action ne se soutient que si, dans et au-delà de la transformation et de son objet, elle ouvre sur « autre chose », sur une présence à soi et à l’autre, irréductible à la satisfaction de la production. Au cœur de toute production vraie, quelque chose est « donné », qui n’est pas de son ordre. Celui qui travaille vraiment éprouve toujours l’objet de son travail comme un don. S’il en est ainsi, c’est que l’ouvrage ou l’œuvre ont remplacé la besogne.

Plus que nous, nos grands-mères s’entendaient à distinguer l’ouvrage de la besogne. La besogne répond à la nécessité de cuisiner, d’entretenir la maison pour la « faire tourner ». Elle est un travail qu’il est nécessaire d’accomplir. L’ouvrage, lui, n’est pas dénué d’une note de nécessité, mais, plus que la besogne, il implique la dimension d’un désir ; c’est une broderie, un tricot, une layette… Il demande une participation du cœur car il s’adresse au cœur de l’autre. Il est rarement confectionné dans la précipitation de la contrainte. Il célèbre plutôt le moment d’une existence. Il demande du temps et que l’on en parle. Le temps qui lui est consacré se confond avec la silencieuse parole déjà adressée au bébé qui va naître ou avec le souvenir qui rend présent celui ou celle auquel il est destiné. L’ouvrage devient le support de la parole qu’on dit à quelqu’un…

Quand est désamorcé le besoin d’agir, la production de l’homme devient œuvre. Au lieu de s’évanouir dans la vanité de son auteur, l’œuvre s’en détache. Elle témoigne d’une autre existence et se donne comme porteuse d’un message que saura lire ou sentir en elle l’absent auquel elle s’adresse.

Ainsi comme n’importe quelle activité portant le sceau de l’humain, le travail peut être prière. Comme elle, il est passage de la contrainte de l′obligation à la gratuité de l’amour. Les gens qui prient vraiment comme ceux qui travaillent vraiment, on les reconnaît à ceci qu’ils n’économisent pas leur souffle en même temps que leur prière et leurs travaux ne sont encombrants pour personne. Ils savent, d’ailleurs, merveilleusement perdre leur temps. C’est que pour eux, il n’y a pas de temps perdu. Le temps, l’espace, le savoir ne sont plus vécus seulement comme des objets à acquérir et qui les rassasieraient, mais aussi comme la révélation de leur présence à eux-mêmes, au monde et à Dieu.

123455xj2La femme catholique a lu cet article sur le site de Denis VASSE, s. j.

Extrait de :« Le temps du désir », Le Seuil 1969. in Vie Chrétienne, N°322, juillet 1988, p.1-3.


Mercredi des cendres: revenons au Seigneur de tout notre cœur!

175237070

 

Immutémur hábitu, in cínere et cilício :

ieiunémus, et plorémus ante Dóminum :

quia multum miséricors est dimíttere peccáta nostra Deus noster.

 

téléchargement

 

Changeons de vêtements couvrons-nous de cendre et du cilice,

jeûnons et pleurons devant le Seigneur ;

car notre Dieu tout miséricordieux est prêt à nous remettre nos péchés.

jeune1

Il est temps de jeûner.

Parfumons nous la tête

et lavons notre visage

 pour que Dieu

soit le seul témoin de notre effort.

téléchargement (1)

Faites pénitence et convertissez-vous !
Bon et saint Carême à tous, en chemin
vers le Sacrifice salvifique du Seigneur sur la Croix, 
et sa glorieuse Résurrection !

Consécration au Sacré-Cœur de Jésus

RAFAES-34929593995893885352000002

alegorc3adas-del-sagrado-corazc3b3n-de-jesc3bas-y-la-santc3adsima-trinidad-fray-miguel-herrera

La  Solennité du Sacré-Cœur de Jésus – au moment où la France s’insurge contre les lois indignes qui viennent d’être votées – indique souvent le début de période estivale propice à beaucoup de péchés, notamment contre l’impureté, il nous semble donc utile de proposer à nos lecteurs, la prière de Consécration à Saint Michel Archange apportant également de très bons fruits pour les âmes, de se placer sous la sainte garde du Sacré-Cœur de Jésus, en prononçant l’Acte de Consécration qui les liera, eux, leurs actions et leurs vies, à la Personne même du Sauveur.

Persévérez dans la foi, et Dieu sera vainqueur !

La dévotion au Sacré-Cœur est, dans son essence, aussi ancienne que l’Eglise.  C’est sur le Calvaire même, que Notre Seigneur manifesta pour la première fois son divin Cœur, à travers la blessure faite à son côté sacré par la lance du soldat. Notre-Seigneur Jésus-Christ, pour propager cette dévotion, sous sa forme actuelle, s’est servi d’une humble religieuse de la Visitation, sainte Marguerite Marie (1646-1690).

e39bbd20d03511ac4a559635c84bf5cbLa femme catholique continue de lire cet article sur le blog LA QUESTION


Les Chrétiennes Anti-Femen

Viennent  d’ouvrir leur  page Facebook

936727_159090370936391_1602244866_n

Chrétiennes Anti-Femen 

e39bbd20d03511ac4a559635c84bf5cb

La femme catholique

les félicite pour cette excellent initiative

et  encourage  toute

les femmes de bonne volonté

les mères de familles, les jeunes filles

celle qui nous défend, celle qui nous informe, celle qui nous fait tant  rire…

Les grandes dames

Les Rebelles

à œuvrer de toute leur force pour la défense de notre tradition.

Compte Twitter: 

@ContreLesFemen

 

Site:

 Chrétiennes Anti-Femen

 

 


La croix demeure tandis que le monde tourne

Alors que la loi nihiliste   visant la désintégration de la famille et de la société, vient d’être promulguée par le chef de l’état, plus que jamais  méditons les paroles de Sainte Thérèse d’Avila.

theresedavila

« Nada te turbe,

nada te espante,

todo se pasa,

Dios no se muda

La paciencia todo lo alcanzaquien

a Dios tiene nada le faltasolo Dios basta. »

« Que rien ne te trouble,

Que rien ne t’effraie;

Tout passe

Dieu ne change pas,

La patience obtient tout;

Celui qui a Dieu ne manque de rien.

Dieu seul suffit. »

 

Et n’oublions jamais!

« Stat Crux dum volvitur orbis »

« Stat Crux dum volvitur orbis »

« La croix demeure tandis que le monde tourne »

 maistre

Pour une contre-révolution religieuse !

Pour Joseph de Maistre,

la Révolution ne peut être  combattue

que par la mise en œuvre d’un principe inverse

« La Révolution française mène les hommes plus que les hommes ne la mènent.(…) Plus on examine les personnages en apparence les plus actifs de la Révolution, et plus on trouve en eux quelque chose de passif et de mécanique. On ne saurait trop le répéter, ce ne sont point les hommes qui mènent la Révolution, c’est la Révolution qui emploie les hommes. On dit fort bien quand on dit qu’elle va toute seule. » (Considérations sur la France, ch. I.)

photo_1368861074729-14-0

Pourquoi la validation du mariage homosexuel

par le Conseil constitutionnel

est loin de clore le sujet

 


Lettre aux jeunes mamans de l’an qui vient

Le mariage de Joseph et Marie

Vous vous êtes mariées l’an dernier (et il vous semble que c’est déjà très loin) avec un sentiment de joie impatiente, paré de tout le prestige que le rêve accorde aux désirs inassouvis. Puis l’automne est venu ; l’arbre s’est chargé de fruits et vous êtes devenues soudain plus graves.

Andrea MANTEGNA

Vous voilà rendues plus graves encore à l’idée de ce doux fardeau que le ciel vous confie au seuil de l’année nouvelle, et combien soucieuses du sort que lui réserve un monde de plus en plus hostile.

« Que sera cet enfant ? » demandaient ceux qui furent témoins de la naissance du Baptiste ; et conclut l’Evangile, « la main du Seigneur était avec lui ». La simplicité profonde du texte sacré recèle une loi que nous rencontrons souvent : la mission d’un prophète commence dès le sein maternel. Ainsi en fut-il de Samson, de Samuel, de Jérémie, de saint Jean-Baptiste, et de Jésus lui-même. Ainsi de vos propres enfants.

Maternité – Pablo Picasso

Leur histoire la plus secrète, celle peut-être où vous avez le plus d’influence sur eux, plonge ses racines au plus intime de votre âme. Telle est la grandeur de notre destinée, que chaque petit homme venant en ce monde, commence sa vie, recueilli dans une cellule, dans un cloître, dans un sanctuaire.. Savez-vous alors, que vous portez et modelez en vous-même ce que les  mondes coalisés ne peuvent produire : une liberté, une empreinte divine, un réflecteur éternel de la gloire de Dieu. Est-ce assez grand ? Mais votre visage c’est embué de tristesse ; vous vous dites peut-être : « A quoi bon ? » Es-il opportun de mettre au monde un enfant, sous le ciel gris d’un monde décivilisé ? A quoi je m’empresse de répondre que vous enfantez essentiellement pour accroître le nombre des élus, et que l’enfantement d’un petit être, fût-il disgracié par la nature, reste une œuvre bonne, parce que la « surnature « est un bien infiniment plus élevé que tous les biens de  la création. Ce petit être mérite donc qu’on lui consente les plus grands sacrifices : ce qui signifie  pour certaines d’entre vous, l’entrée dans la voie austère de la Sainte Espérance.

Mais permettez-moi de vous parler ici du mystère de votre maternité en lui-même ; non pas seulement en fonction de son terme et de sa finalité dernière, mais en fonction de son exercice propre, de cette mission de porteuses d’homme qui vous est échue, et de ce que cela représente de grâce, de richesse spirituelle et de grandeur morale.

Permettez-moi de vous rappeler l’estime que vous devez avoir pour cette fonction auguste, à laquelle saint Paul attache une valeur rédemptrice, et qui approche, à mon sens, de la grandeur de l’état religieux.

Lutz Binaepfel

Je vois poindre une objection que vous m’aviez maintes fois formulée :

« Cette grandeur ne nous échappe pas, elle nous accable plutôt ! Comment serions-nous à la hauteur de notre mission, nous qui ne pouvons même plus prier comme jadis, étourdies par le bruit, le tracas de notre petit monde, la maison à tenir, les courses à faire ! Il faut savoir notre désarroi quand le soir tombe et que nous nous couchons harassées, vides et honteuses de nous-mêmes ! »

Thérèse de Lisieux

« Alors il nous arrive d’envier les âmes consacrées qui se donnent tout à Dieu.

Pouvons-nous seulement être certaines de faire maintenant la volonté de Celui qui, un jour, au cours d’une retraite, nous fit savoir qu’Il nous aimait et qu’Il nous voulait ses intimes ? ».

Je vous réponds tout de suite, chères jeunes mamans qui me lisez, et vous autres plus âgées, qui œuvrez patiemment depuis de longues années, je vous réponds que nous le savons, que Dieu le sait. Vous êtes parfois tentées par le découragement, par la crainte de ne plus savoir prier, par l’angoisse à la pensée que ceux que vous avez portés et allaités sont déjà, plus ou moins, la proie du paganisme et d la perversion du monde qui vous entoure. Et le doute s’insinue dans votre âme : la pensée d’un échec, d’une mission mal remplie.

C’est alors que vous pensez avec nostalgie à la virginité consacrée et aux trois vœux constitutifs de l’état religieux.

Remplacez donc nostalgie par estime, et vous serez dans le vrai.

Estimez cet état supérieur qui consiste, pour parler comme saint Basile, à ne point laisser des enfants sur la terre mais à en faire monter au ciel, état sublime, il est vrai, où d’autres se sont engagées pour vous permettre de faire correctement sur terre votre devoir de mère chrétienne.

S’il vous plaît, ne considérez pas les trois vœux de religion comme sans rapports avec ce que vous vivez. Ces moyens ont été institués pour dégager les âmes et les attacher irrévocablement à Dieu ; transposez-les dans votre vie personnelle, adoptez-en l’esprit.

Voyez dans les trois vœux de Religion des analogues de ce que vous vivez :

Pauvreté, Chasteté et obéissance !

Est-ce que ces trois liens sacrés ne vous ont pas attachées vous aussi à Dieu, selon un mode très profond et très particulier ?

Voyez comment s’atténuent au cœur d’une mère, l’appât du gain et le goût avaricieux des richesses.

Cette course à l’argent n’a-t-elle pas fait place à la hantise de répandre sur de jeunes têtes ce qu’on ne désire plus pour soi ?

Mères généreuses, oublieuses de vous-mêmes, qui pensez  à vêtir et à distribuer ; femmes toujours debout quand le mari et les enfants sont assis, où est donc votre avarice ?

Vos enfants ne sont-ils pas votre seule richesse ? Et que dire de leur âme que vous apercevez parfois d’un regard furtif, au détour d’une allée, avec une puissance d’intuition dont vos amis les prêtres sont parfois émerveillés !

Puis voyez quel apaisement des passions charnelles vous offrent ses maternités successives, et combien le désir de plaire, de se faire centre, et d’attirer sur vous seules la faveur des hommes, ont fait place à d’autres caresses, celles que vos enfants réclament, et dont le souvenir les suivra toute leur vie.

Caresses chastes et discrètes où passe toute la tendresse de Dieu.

Quant à l’obéissance, avouez que vous ne le cédez en rien à la plus  « observante »  des sœurs de Charité.

Qui ne voit dans quelle implacable sujétion vous fixe le soin des enfants : le journée réglée de cette petite troupe en marche, avec son horaire strict des repas, des classes et des jeux, ne vous laisse pas une minute.

Quelle meilleure garantie de faire la volonté de Dieu et non la vôtre ?

Jeune femme en oraison – Jean de SAINT-IGNY

Une autre source d’inquiétude : la prière.

« Je ne peux pas prier », dites-vous presque toutes, avec un ensemble touchant.

Évitez cette plainte désespérée, car vous le savez, c’est à la prière que toute la vie est suspendue : la vérité de vos gestes et de vos pensées, la qualité de vos sentiments, dépendent de ce mystérieux regard de l’âme vers Dieu : dites-moi comment vous priez, je vous dirais qui vous êtes.

De graves personnes vous ont dit qu’il fallait prier pendant vingt minutes par jour. Facile à dire, Messieurs !

Ce minutage me paraît pécher à la fois par excès et par défaut, car

Notre Seigneur dit qu’il faut prier sans cesse !


Sommes-nous donc des carmélites pour faire ainsi descendre le ciel sur la terre ?

En réponse à cette épreuve de la prière impossible, il n’est que de retourner à une prière possible, qui est la seule vraie : une prière intérieure, si profonde, si intime, que rien ne saura l’empêcher de sourdre au fond de l’âme.

A la limite, la souffrance de ne pas pouvoir prier a déjà valeur de prière.

Il n’est pas nécessaire que cette plainte douce et amoureuse soit toujours formulée. Il suffit quelle vous suive tout le long du jour et quelle jaillisse parfois comme un appel spontané. En bref, tenir pour certain que la meilleures prière est celle ou nous avons le moins de part, cette prière « brève et pure » faite d’élans furtifs, d’invocations et d’oraisons jaculatoires qui, d’heure en heure, donne à vos journées un parfum de ciel. Par-dessus toutes les formes de prières, si nobles soient-elles, il faut donc considérer comme essentielle et toujours possible l’union à Dieu intérieure (sans parole) douce, paisible, affectueuse, filiale, qui est la respiration de l’âme.

François de Salignac de Lamothe-Fénelon, dit FÉNELON, prélat et écrivain français

Bien souvent c’est en enseignant que vous vous instruisez vous-mêmes. Ainsi ferez-vous votre miel des conseils que Fénelon donnait dans sa « Lettre à une mère soucieuse d’enseigner à l’une de ses filles comment on doit faire oraison » :

« Tâchez, lui écrit-il, de faire goûter Dieu à votre enfant. Faites-lui entendre qu’il s’agit de rentrer souvent au-dedans de soi, pour y trouver Dieu, parce que son règne est au-dedans de nous. Il s’agit de parler simplement à Dieu à toute heure, pour lui avouer nos fautes, pour lui représenter nos besoins, et pour prendre avec lui les mesures nécessaires, par rapport à la correction de nos défauts. Il s’agit d’écouter Dieu dans le silence intérieur. Ils ‘agit de prendre l’heureuse habitude d’agir en sa présence, et de faire gaiement toutes choses, grandes ou petites, pour son amour. Il s’agit de renouveler cette présence toutes les fois qu’on s’aperçoit de l’avoir perdue. Il s’agit de laisser tomber les pensées qui nous distraient, dès qu’on les remarque, sans se distraire à force de combattre les distractions, et sans s’inquiéter de leur fréquent retour. Il faut avoir patience avec soi-même, et ne se rebuter jamais, quelque légèreté d’esprit qu’on éprouve e soi. Les distractions involontaires n’éloignent pas de Dieu ; rien ne lui est si agréable que cette humble patience d’une âme, toujours prête à recommencer pour revenir vers lui ».

Si la grâce vous inspire de vous attarder dans une oraison plus longue, pourquoi alors ne pas vous ménager cette oasis une fois par jour ? En ce cas, ne craignez ni le vide ni l’aridité. Faites un acte de foi en la présence de Dieu, situez-vous inlassablement dans l’axe autour duquel votre vie trouvera équilibre et stabilité. Cet axe puissant et fixe auquel il faut toujours revenir, c’est le dogme primordial de la Paternité divine. C’est de là qu’il faut tirer le mouvement d’abandon et de confiance filiale qui vous rendra calmes et fortes ans les jours ombres. Que rien ne vous arrête alors en cette sainte résolution, surtout pas l’épreuve de la nuit spirituelle, qui est le statut même de la foi : ne faut-il pas que la nuit tombe pour qu’on aperçoive les étoiles ?

« Tenez-vous devant Dieu,

disait à sainte Marguerite-marie sa maîtresse des novices,

comme une toile d’attente devant le peintre qui y jettera les plus vives couleurs. »

« Quand Dieu efface c’est qu’il va écrire »

Bossuet

Laissez si possible le père entonner les premiers mots, afin de lui laisser sa place de chef de la prière

Enfin il faut redonner ses droits à la prière en famille, où les enfants prient avec leurs parents. Laissez si possible le père entonner les premiers mots, afin de lui laisser sa place de chef de la prière : à vous de créer le climat qui la rendra possible. Vous verrez alors avec quelle aisance les enfants se meuvent au plan des réalités surnaturelles, et cela vous récompensera de bien des sacrifices.

C’est dans ce goutte à goutte de la prière quotidienne que se revitalise la famille chrétienne, qu’elle puise force et cohésion, qu’elle s’immunise contre les poisons du monde. Grâce à cette référence solennelle de chaque soir, s’il arrive, plus tard, que vos enfants tombent dans le péché, du moins auront-ils cette supériorité sur les chrétiens du siècle : ils sauront qu’ils pèchent.

Vous avez porté vos enfants, vous les avez mis au monde. Mais rien n’est acquis de ce trésor de vie

Louise Vernet sur son lit de mort – DELAROCHE Hippolyte

Toute mère de famille, jusqu’à son dernier souffle, est une femme en travail, qui enfante pour le Royaume.

Ne rejetez pas vos souffrances, vos angoisses, comme des scories étrangères. Elles sont rigoureusement consubstantielles à votre maternité.

Pour finir, considérez la Très Sainte Vierge comme votre grande amie,

elle, le modèle par excellence de toutes les mères chrétiennes :

puisez à pleine main dans les mystères de sa vie à Nazareth les grâces nécessaires à l’accomplissement journalier de votre devoir d’état, a sein d’une existence laborieuse, enjouée et vigilante, où vous maintiendrez en paix votre petit royaume. Vous remplissez alors à l’exemple de Marie, votre mission d’éducatrice faite d’exigence et de ferme bonté ; vous souvenant que « les familles sont des dynasties de vertus, et que tout descend lorsque ce sceptre leur échappe » (Blanc de Saint-Bonnet).

A la question : « Qu’est-ce qu’une mère chrétienne », Mgr d’Hulst, un grand prélat de la fin du siècle dernier, répondait :

 » C’est celle qui fait de la maternité un sacerdoce, qui verse la foi avec son lait dans les veines de son enfant. C’est celle qui apprend aux petites mains à se joindre pour la prière, aux petites lèvres à bégayer les noms bénis de Jésus et de Marie. C’est la mère qui sait caresser et punir, se dévouer et résister. Plus tard, c’est la femme joyeusement sacrifiée qui abdique, au projet d’une sujétion austère, les satisfactions de la vanité ou du plaisir, qui préfère, à la capricieuse liberté du monde, la volontaire servitude du foyer. Cette mère-là sera qualifiée pour enseigner un jour à sa fille la modestie et le dévouement, pour inculquer à son fils, l’amour des vertus viriles et la noble passion du devoir. »

Le Christ et la Vierge dans la maison de Nazareth Francisco Zurbaran

Aux heures douloureuses, vous passerez ainsi de Nazareth au Calvaire, vous tenant debout avec Marie, bien droite au pied de la croix, accomplissant dans votre chair ce qui manque à la Passion du Christ pour le salut de l’âme de vos enfants.
Puis levez les yeux et regardez Marie dans la gloire de son Assomption et de son couronnement : voyez comment Dieu a récompensé sa Mère ; voyez ce qu’a fait la piété du Fils, et tâchez d’y apercevoir un reflet de la couronne qui vous est promise.

Le Retable d’Issenheim – La Vierge – Matthias Grünewald

La femme catholique a recopié ce texte de Dom Gérard m.b. sur la revue ITINÉRAIRES

CHRONIQUES  & DOCUMENTS

Revue mensuelle

Numéro hors série


Mères de famille ayez confiance

 

Les mères de famille sont les aventurières du monde moderne

 

 

 

Vous n’avez pas dormi, la nuit passée, et vous vous êtes remises au travail, composé de soins domestiques, d’enfants à instruire et à corriger, de repas à préparer. Puis ce soir, vous entendrez des pas dans le couloir : c’est votre mari qui rentre; il désire que vous n’ayez pas l’air trop soucieuses ni trop fatiguées. Pourtant vous savez tous les deux que votre fils aîné ne pratique plus. Il dit même qu’il n’a plus la foi. Votre fille, elle aussi, commence à se dérober à votre influence. Le soir tombe, le babil des enfants s’est tu; le silence qui jadis retrempait vos âmes fait place maintenant à une lumière froide, une sorte de lucidité amère sur les êtres et sur les choses. Autrefois vous aimiez le calme du soir, ce vaste et tendre apaisement que dépeint le poète. Désormais l’inquiétude monte la garde près de vous et son aile noire recouvre tout dans la maison : les rêves, les projets d’avenir, jusqu’aux regards sur les petits corps endormis. O vaillantes mères de famille, le monde entier conspire contre vous et contre votre maison, contre l’âme de vos enfants, contre votre paix intérieure; vous le saviez et vous êtes parties quand même dans l’aventure : vous êtes bien, selon un mot fameux à peine modifié, les aventurières du monde moderne. Dans un monde en proie à un optimisme de commande, vous êtes les premières à être témoin du caractère tragique de la condition humaine. pour l’honneur de cette aventure, je voudrais simplement vous remettre en mémoire une parole du Christ Jésus à ses disciples, un de ces mots formidables qui révolutionnent le destin des hommes; « Confidite, ego vici mundum ». Ayez confiance, j’ai vaincu le monde!

Et maintenant, permettez-moi de vous interroger : qu’est ce que la confiance? Selon la belle formule de notre ancien catéchisme, la confiance est une qualité de l’espérance. Récitons l’acte d’espérance :

« Mon Dieu, j’espère avec une ferme confiance que vous me donnerez votre grâce en ce monde et, si je suis fidèle à vos commandements, votre gloire dans l’autre, parce que vous me l’avez promis, et que vous êtes souverainement fidèle dans vos promesses. »

Gravons dans notre esprit les premiers mots : j’espère avec une ferme confiance. Ainsi la confiance qualifie l’espérance et la fermeté accompagne la confiance. Tout cela respire le courage, une sorte d’accent viril qui emporte l’adhésion. Eclairés et fort de cette lumière qui ne vient pas de nous, mais descend de très haut, des hauteurs de ce paradis où les anges se racontent le combat spirituel de leurs frères humains; éclairés et forts de cette lumière, nous vous disons : chères âmes, tenez bon. C’est vous qui dressez l’échelle par laquelle les civilisations montent vers le ciel; ne vous découragez pas. Ayez confiance!

 


 

Ayez confiance d’abord dans la prière. Vous connaissez la force de cette prière qui vous rassemble chaque soir : là où deux ou trois seront rassemblés en mon nom, je serai au milieu d’eux ; C’est alors que l’inquiétude maternelle se transforme en foi toute pure et en charité. C’est maintenant une conspiration dans l’autre sens, une conspiration de prière et d’amour pour le retour des enfants prodigues : le rosaire et les litanies, tout y passe. on ne sait ce que c’est de mettre au monde des enfants et de les voir s’égarer, se perdre peut être pour toujours. Ah! comme on prie lorsqu’on a charge d’âmes!
Voici, dans le secret de son coeur, la prière qu’une mère de famille fit un jour pour son enfant égaré :

« O Jésus, vous qui avez rendu à la veuve de Naïm le fils unique dont elle pleurait la perte : vous qui, dans la parabole de l’enfant prodigue, avez montré une si tendre miséricorde pour les enfants qui s’égarent ; daignez rappeler et ramener le mien, malheureusement entraîné loin de vous, loin de moi, loin du devoir. Mon pauvre enfant! O mon Dieu, je vous en supplie, je vous en conjure avec larmes : ouvrez ses yeux, touchez son coeur, brisez ses liens, donnez lui du courage ; qu’il revienne aux pures affections de la famille ; qu’il se jette entre vos bras comme un autre Augustin ; qu’il embrasse vos pieds sacrés comme Madeleine repentante. Hélas! et si devant vos yeux , auxquels rien n’est caché, ô mon Dieu, je portais la terrible responsabilité des égarements que je déplore ; si, plus tard, j’avais en quelque sorte autorisé ses désordres par la légèreté de mes paroles ou de ma conduite ; ô Seigneur, laissez-vous toucher par une punition si cruelle ; voyez mon repentir, la douleur qui expie mes fautes ; pardonnez-nous à tous les deux et attachez-nous à vous pour jamais. Ainsi soit-il. »

Ceci étant dit dans le langage de Bossuet et de Fénelon, on peut prier sans l’apparat des formules anciennes, avec les pauvres mots du vocabulaire moderne, ou bien même sans mot, d’un simple regard de l’âme, mais avec la confiance des humbles, car il est écrit : « La prière de l’humble pénètrera les nues. »

 

 

 

 

 

Ayez confiance dans le patronage des saints auxquels vous avez confié l’âme de vos enfants.C’est une réalité profondément sérieuse que la protection des saints patrons ; c’est cela qui dans les âges de foi scella le pacte entre la chrétienté et le monde invisible ; c’est cela qui a donné aux anciennes générations cette assurance ferme, cette familiarité douce et coutumière avec le surnaturel. 

Ayez confiance en sainte Monique qui est, après la Très Sainte Vierge, la patronne des mères de famille. Connaissez-vous ses litanies? (…)

Ayez confiance dans les saints Anges. Les Anges sont nos amis très chers, à la fois délicats et puissants : ils admirent nos combats, nos détresses, nos tristesses d’amour ; ils voient dans les souffrances de la terre quelque chose de mystérieux et de sacré qui leur rappelle la Passion et la Croix du Seigneur Jésus. Mériter et grandir en amour, opérer le salut par la douleur et le sacrifice, voilà des choses qu’ils ignorent, retenus qu’ils sont par les éternelles chaînes d’or de la vision béatifique. comment voulez-vous qu’ils ne s’émerveillent pas devant ce palais de douleur, où se consomment les noces mystérieuses du Ciel et de la Terre? Saint Pierre dit même qu’ils désirent y plonger leurs regards, tellement le spectacle de la Rédemption les ravit. Quant à notre Ange gardien, il plonge carrément tout entier dans notre monde sublunaire et se montre à notre égard un compagnon fidèle – invisible, mais si amical! Un guide sûr, parfois un tuteur ou un précepteur véhément. Mais, par une mystérieuse disposition de la Providence, nos Anges veulent être priés. S’ils sont priés, alors ils décuplent leur service d’amour : une mère chrétienne qui prierait assidûment l’Ange gardien de ses enfants assisterait à une floraison de miracles. Relisez le livre de Tobie. C’est une famille entière que l’Ange Raphaël est venu réconforté en guidant le jeune Tobie, en délivrant sa fiancée Sara qui était possédée du démon, en guérissant le vieux Tobie de sa cécité. Ce personnage céleste faisant irruption dans les malheurs d’une famille d’exilés, c’est toute la tendresse du ciel qui se déverse sur la terre ; C’est la souveraine liberté de Dieu faisant sauter la carapace de notre univers conditionné et technicisé, où il semble qu’il n’y ait plus de place pour la libéralité divine. Je vous exhorte donc à avoir fréquemment recours au ministère des saints Anges, à entrer avec joie dans ce monde de gratuité qui, au milieu de tant d’abandons et de turpitudes, constitue la marque indestructible de notre honneur catholique.

 

 

 

Ayez confiance dans l’intercession très particulière de saint Joseph, chef de la sainte Famille. priez Marie de Nazareth, dont l’existence pendant trente ans fut, comme la vôtre, semée de toutes sortes de joies et d’inquiétudes familiales. Elle avait pour mission unique de tenir chaque jour une maison qui abritait le trésor infiniment précieux du Fils de Dieu ; vous avez pour mission unique, au milieu d’un monde redevenu païen, de tenir une maison qui abrite le trésor infiniment précieux d’une famille chrétienne. Et si Dieu vous fait l’honneur d’appeler l’un de vos enfants à son service, vous verrez là un titre supplémentaire de ressemblance avec Marie, mère de Jésus, associées, comme elle au grand oeuvre de la Rédemption. Un enfant consacré à dieu, c’est toute la famille qui s’élève. Souvenez-vous de la recommandation d’un patriarche à son fils : « Il ne s’agit pas seulement de propager ta race , mais de la porter plus haut. »

J’aperçois pour vous, dans la dévotion à la saint Famille, à la fois le plus haut portique de la sainteté et une étonnante simplicité d’accès : on dirait que la Très Sainte Trinité a voulu adoucir la lumière aveuglante de sa transcendance pour nous donner une image terrestre de la charité divine, livrée à l’uniformité grise du quotidien, sans grand incident et sans éclats ; l’humble résumé des joies et des peines que connaîtront les familles chrétiennes jusqu’à la fin des temps. Un amour s’exprimant jour après jour avec des moyens humains et familiers, mais d’une suprême qualité intérieure. Le moindre geste de cette famille d’artisans besogneux avait, aux regards des Anges, la valeur d’une action liturgique capable de faire pâlir les beautés de la terre. Ayez confiance dans la puissance d’attraction du modèle : c’est à Nazareth qu’il faut puiser la force d’atteindre Nazareth. Cette imitation des moeurs divines est nécessaire pour ne pas sombrer dans des moeurs indignes de notre grâce baptismale. » Les familles, a-t-on dit,sont des dynasties de vertu ; tout redescend lorsque ce sceptre leur échappe. » Alors qu’un père de famille sera, dans sa profession, presque toujours soumis à quelqu’un d’autre, auquel il devra rendre compte, en revanche, une mère de famille est douée de prérogatives inouïes, faisant d’elle la maîtresse de ce royaume appelé la maison (de mansio, demeure) et qui a pour fin de maintenir un certain ordre des choses sans cesse menacé : nous ne sommes pas des conservateurs mais des mainteneurs. Dans cette perspective qui est celle du déclin et de la renaissance des civilisations, tout est suspendu à la sainteté de la famille. Sans doute la vie de Jeanne d’Arc est tout entière un vrai miracle ; mais ce qu’on oublie, c’est qu’au moment où Jeanne d’Arc est apparue dans l’histoire, il existait des milliers de familles fournissant le terrain d’éclosion où pouvait naître une Jeanne d’Arc.

 


 

 

 

Ayez confiance dans cette disposition mystérieuse de la Providence qui multiplie autour de vous les exemples de grandeur dans l’odre familial : Dieu a commencé le salut du monde par une famille, et quand il a voulut évangéliser l’Europe, aux premiers siècles de l’Eglise, il eut de nouveau recours à une structure familiale avec Benoît de Nursie, héritier des vertus austère du patriciat romain. Ses disciples ont implantés des monastères dans tous les pays d’Occident. Ces communautés offraient le spectacle d’une famille heureuse, rassemblée autour du gouvernement paternel de l’abbé, où fleurissaient les vertus qui feront la civilisation chrétienne ; entre autres, une piété filiale affectueuse et tranquille, empreinte de douceur et de gravité, toute orientée vers le ciel. Les barbares se sont convertis et civilisés en regardant prier et travailler les communautés monastiques. C’est la règle de saint Benoît qui a inspiré l’art de vivre en société, l’humilité et la courtoisie, l’amour du travail bien fait, le sens de la justice et jusqu’au gouvernement des princes. combien de familles puisent dans la Règle bénédictine un style d’éducation marqué par la paix, l’hospitalité, la concorde et les relations confiantes entre parents et enfants, dans une atmosphère de prière où tout est référé à la Seigneurie de Dieu, premier servi? 

Tant et de si beaux témoignages vous sont donnés pour affermir votre confiance en la sainte Providence de Dieu, et vous permettre de faire de vos famille de petits fortins ; ou mieux, des maisons de prières et de charité, à la fois accueillantes et douées de remparts, où viendront se briser l’esprit du monde et sa malice ; tandis que de pauvres hommes, déçus par ses promesses fallacieuses, découvriront sous votre toit, dans un émerveillement grandissant, le vrai sens de la vie.

 

 

Fr.Gérard m.b.

Introduction à la vie dévote de St François de Sales

 

Quoi que nous fassions, le monde nous fera toujours la guerre. Laissons le monde s’aveugler.

 

« Nous ne saurions être en accord avec le monde, qu’en nous perdant avec lui. Il n’est jamais content : « Jean est venu, dit le Sauveur, ne mangeant ni buvant, et vous dites qu’il est possédé; le Fils de l’homme est venu en mangeant et buvant, et vous dites qu’il est Samaritain. » (Mt 11, 18-19)

Si, pour faire plaisir aux autres, nous rions, nous jouons, nous dansons, le monde s’en scandalisera; si nous ne le faisons pas, il nous accusera d’hypocrisie ou de mélancolie. Notre gaieté sera relâchement; et nos mortifications effets d’une sombre humeur. Comme il nous voit d’un mauvais œil, nous n’aurons jamais son agrément. Nos imperfections il les exagère, et les dénonce comme des péchés; nos péchés véniels, comme des péchés mortels; et nos faiblesses comme des malices.

« La charité, dit Saint Paul, est bienveillante » (1 Cor 13, 4-5) alors que le monde est malveillant. « La charité ne pense pas à mal »; le monde pense toujours à mal. Et faute de pouvoir accuser nos actions, il visera nos intentions.

Quoi que nous fassions, le monde nous fera toujours la guerre. Laissons le monde s’aveugler. Soyons fermes en nos desseins, invariables en nos résolutions. Notre persévérance montrera si nous nous sommes vraiment donnés à Dieu et engagés sur ses chemins. Ce n’est pas un petit avantage que de recevoir des critiques : elles nous gardent de l’orgueil et de la vanité. »

     


%d blogueurs aiment cette page :