Archives de Tag: antiféminisme

La femme moderne selon Marc Bonnant

« De la part des femmes, c’est une démarche totalement suicidaire. La femme avait des fonctions sacrales, et de dire que ces fonctions étaient la maternité, les figures du lien, les dieux lares, les vestales, qu’elle était la gardienne du bonheur, l’ordonnatrice de la vie, ce n’est pas la réduire, c’est l’exalter. La femme était notre passion transitive.
On convoitait une femme, on aimait une femme. La femme au fond était notre complément d’objet direct. Elle a voulu être sujet, ce qui a créé un grand désordre dans notre grammaire. A mon sens, les femmes ont tout perdu. Elles ont perdu notre admiration fébrile, elles nous ont proposé une sorte de camaraderie de chambrée, mais pour cela nous avons déjà le service militaire…
L’égalité n’est pas une conquête légitime pour vous?
Il n’y a aucune raison que mon coeur s’embrase pour un autre moi-même. Les femmes ont basculé dans un psittacisme (n.d.l.r.: répétition machinale) dérisoire du masculin. Elles ont fait la démonstration rapide qu’elles savent faire ce que nous faisons. Quel grand avènement pour l’humanité que d’avoir des sapeuses-pompières, des procureuses atrabilaires, de bouffonnes candidates présidentielles et autres cheffes humorales…
Elles ont voulu se dépouiller de ce qui faisait d’elles ces êtres infiniment éthérés, supérieurs. Nous convenons tous, nous les hommes, qu’elles nous sont mille fois supérieures. Pourquoi veulent-elles absurdement se contenter d’être nos égales?
Comment les traiter alors? De chevaliers servants à reines?
J’aime que l’on ait avec une femme un rapport cultuel. Il faut l’honorer, au sens multiple, comme on fait monter l’encens. Lorsque, cessant d’être objet de tout, la femme a voulu être sujet de rien, je crois qu’elle a brisé nos rêves en même temps qu’elle a abandonné son empire et son emprise. La conséquence de tout cela, c’est que nous regardons, désormais, les femmes avec indifférence. Face à la femme moderne, nous n’avons plus que quelques parades: le sport et l’onanisme pour la plupart, la littérature et la pédérastie pour les plus raffinés d’entre nous. Les femmes ont cessé d’être aimables en voulant nous ressembler, avec des brutalités, des vulgarités, des ambitions subalternes, des fatigues inesthétiques. Comme c’est dommage. »

Marc Bonnant

Publicités

Etre mère au foyer: parce que je le veux bien !

Un salaire parental: parce que je le vaux bien!

La petite Clémence apprend son futur métier!

    Mademoiselle   vous conseille de lire ces articles

En Allemagne, l’adoption du salaire parental est une mesure destinée à enrayer la chute de la natalité.


L’idée d’un salaire du parent au foyer fait un tabac auprès des jeunes filles.

L’ancien judoka, candidat UMP aux législatives partielles de la XIIème circonscription des Yvelines (Poissy, Orgeval…) les 11 et 18 octobre 2009, a tenu une conférence de presse lundi dernier. Marc Chauvisé, correspondant du Courrier des Yvelines y était. Il écrit dans l’édition du 16 septembre 2009, à propos de David Douillet :

Deux sujets nationaux semblent aussi avoir toute son attention : l’aide aux bénévoles pour continuer de faire vivre les associations en France et la famille. « J’ai un certain nombre d’enfants (six, NDLR) et je me suis rendu compte qu’être mère de famille est un métier avec de vrais objectifs : éduquer, former. Une mère travaille pour l’État d’une certaine façon. Cette qualité d’éducation est trop souvent cassée par l’obligation d’assurer un deuxième salaire dans la famille. J’aimerai assouvir ce rêve qu’il y ait un véritable statut de mère ou de père au foyer. On résoudrait ainsi pas mal de problèmes.« 

Source

Mère au foyer: choisir de rester à la maison

Quand je serai grande, je veux être mère au foyer

Belle et Rebelle

Défense de la femme et de son humanité

Gabrielle Cluzel

                                  Disparition du terme «mademoiselle» :
une belle victoire de nos féministes
 

Journée de la femme : et si l’ONU s’intéressait aux femmes chinoises ?

                                                   Journées des femmes, mais pas des « mademoiselles »

                                     8 mars: solidarité avec nos frères de combat!
 
 
 
 
                                                               À quoi servent les pères ? À rien !
 
 
 

%d blogueurs aiment cette page :