Jeanne et Léon Bloy. Un couple surnaturel

La famille Bloy au Pouliguen, en 1909

Rien ne les disposait à se rencontrer, à s’aimer et pourtant, ils ont ­formé l’un des couples les plus féconds qui soient, dans l’ordre spirituel et littéraire mais aussi familial.

Jeanne Molbech, danoise et protestante, était la petite-fille distinguée d’un intellectuel romantique qui fut l’un des maîtres de Kierkegaard. Lorsqu’elle vit Léon Bloy pour la première fois dans un salon parisien, il lui fut présenté comme  «un mendiant» – comprenez, un parasite -, pourtant,elle sentit aussitôt son cœur voler vers lui. Elle lut Le Désespéré, ils se revirent, passèrent une soirée à discuter. Le lendemain, il lui adressait sa première lettre:

 

« Il est certain qu’il y a des êtres qui …

 

 

 

La femme catholique a lu cet article sur Le Figaro du 26 octobre 2017

 

 

 

 

Trouvé sur un Télérama.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :