Archives mensuelles : juin 2014

The dark side of the Italian tomato

 

téléchargement

RFI propose à ses auditeurs un grand reportage sur la tomate, « The dark side of the Italian tomato«  (en dépit du titre, le documentaire est en Français). Drôle de sujet me direz-vous, dont on se demande bien en quoi il peut nous concerner. Vu d’ici, en rien effectivement, sauf si vous êtes attentif aux problèmes cruciaux et très actuels de l’écologie humaine.

Voici donc une tomate, qui jusqu’à la fin du XX° siècle, faisait la richesse des agriculteurs ghanéens, grands consommateurs de tomates. Vendue partout sur les marchés du Ghana, la tomate ghanéenne nourrissait autant celui qui la produisait que celui qui la mangeait. Au début des années 2000, une baisse gouvernementale des droits de douane sur certains produits agro-alimentaires, dont  le concentré de tomates, en permettant l’invasion au Ghana de concentrés venant de partout, fit chuter le cours de la tomate au point de ruiner une bonne partie des producteurs locaux, suscitant suicides et misère. Entre 1998 et 2003, les importations de concentré de tomate ont augmenté de 650%. Alors qu’en 1998, 92% des tomates vendues au niveau national étaient d’origine ghanéene, en 2003, la part de marché avait chuté à 57%.

Aujourd’hui, le Ghana, qui s’auto-suffisait de sa production et consommait des tomates fraîches, importe en moyenne 20 000 tonnes de concentré de tomate chaque année. Cette importation, d’abord exclusivement italienne, est désormais essentiellement chinoise.

Les agriculteurs ghanéens, privés de leur tomate nationale et sans moyens de subsistance, s’en allèrent pour nombre d’entre eux tenter leur chance avec la tomate italienne. Le documentaire campe les conditions de vie des Africains (on trouve aussi des Maliens et des Sénégalais) employés dans les exploitations de tomates de la région de Naples:

« Employés au noir, ils ne sont pas payés à l’heure, mais à la quantité de fruits ramassés : 3,5€ par caisson de 300 kg rempli, soit moins de 20€ par jour, pour un travail harassant. Sans contrat de travail, sans protection sanitaire, à la merci des «caporaux» – les intermédiaires entre les travailleurs et les employeurs. S’ils ont faim à midi, ils croquent en cachette dans une tomate. Le soir, ils rentrent au campement où ils louent un matelas sous des bâches ou dans une baraque de fortune. »

Du fait des subventions européennes à la production de tomates en Italie (ou en Espagne), le prix du concentré de tomate exporté en Afrique empêche une juste rémunération des producteurs de tomates africains. De ce fait, au lieu de poursuivre la culture de la tomate chez eux et de vivre de leurs revenus, les agriculteurs, ghanéens notamment, traversent le Sahel et la Méditerranée pour aller s’embaucher au noir dans les exploitations italiennes.

On est donc dans un schéma anti-humain et illogique, qui ruine des agriculteurs à un endroit du globe pour enrichir ailleurs une industrie ultra-subventionnée. Lorsque Bruxelles ne pourra plus aligner le montant de ses subventions pour être compétitif face aux Chinois, que feront les agriculteurs italiens ? Ils iront en Chine ramasser des tomates ? Bruxelles, si sensible sur le sort des immigrés une fois qu’ils ont échoué sur nos côtes, ferait bien de s’interroger sur certaines des causes qui produisent de tels effets.

e39bbd20d03511ac4a559635c84bf5cb

 La femme catholique a lu cet article sur le Salon beige

 

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :