Mariage chrétien et dignité de la femme au Moyen-Âge.

« Una lex de mulieribus et viris »
                                                                  

Contrairement aux idées reçues, la femme, méprisée par les sociétés païennes où polygamie et répudiations faisaient partie des habitudes, est restaurée dans sa dignité à l’époque de la Restauration Carolingienne (742-888), grâce au Christianisme qui affirme l’égalité absolue de l’homme et de la femme dans le mariage.

     Les temps carolingiens eurent ce grand mérite d’établir définitivement la doctrine du mariage canonique ; ils en introduisirent l’usage, élaborèrent une spiritualité conjugale, donnant ainsi son fondement à la famille. Le mariage prit alors le sens, la portée qu’il conserve jusqu’à aujourd’hui. Face à une société germanisée qui laissait l’homme libre de ses entreprises sexuelles, les évêques de l’Empire carolingien, fortement soutenus par la papauté et le pouvoir temporel, mirent en forme la doctrine du mariage chrétien. A la polygamie de fait, à la répudiation de la femme au gré du mari, ils opposèrent l’égalité de l’homme et de la femme dans le mariage : « Il n’y a qu’une loi pour la femme et pour l’homme », l’union monogamique et indissoluble. Dans un monde rural et compartimenté où l’on pratiquait le mariage endogamique, ils combattirent l’inceste. A l’union officieuse, par simple consentement mutuel, ou au rapt rituel de l’épouse, ils opposèrent le mariage en forme canonique précédé des bans, de l’enquête de parenté, de l’autorisation des parents, de la bénédiction du prêtre. Par une pratique quotidienne et quelques procès éclatants, comme celui de Lothaire II, Rome et l’épiscopat carolingien éliminèrent toute forme de divorce, sauf en cas d’inceste de l’un des époux ou de l’impuissance attestée du mari. En parallèle, la législation assura la protection et les droits de l’enfant contre les tentatives d’avortement ou les négligences de ses propres parents. Malgré la résistance des mœurs traditionnelles héritées des sociétés idolâtres, la doctrine du mariage indissoluble prévalait, tandis qu’une législation cléricalisante tendait à assurer le monopole du mariage religieux comme seule forme juridiquement valable d’union entre l’homme et la femme.

« Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’Église; et s’est livré lui-même pour elle. »   
(Eph V, 25)

     Cet effort réel ne se borna pas aux domaines juridique et liturgique du mariage, mais il aborda également le problème fondamental de la vie des laïcs mariés. De là une spiritualité conjugale se mit en place, sous l’influence d’auteurs qui s’intéressèrent de près à ces questions. Très imprégnés de spiritualité monastique, les clercs insistèrent paradoxalement beaucoup sur la chasteté. Jonas d’Orléans, dans le livre II du De institutione laicali, offre aux laïcs du temps un véritable traité du mariage chrétien, à la fois plus complet et plus nuancé que les monitions de ses contemporains, s’inspirant de la Génèse, des Épîtres de Paul et des écrits de Saint Augustin. Rejetant la théorie naturaliste du mariage, il le définissait par sa finalité : la procréation. Dans cette perspective, l’union charnelle ne ne pouvait être anarchique. Au Lévitique et à l’Ecclesiaste, il empruntait les interdictions liées au cycle de la femme et il ajoutait celles du temps liturgique. Il voulait tenter à travers elles une éducation de la sensibilité, une discipline des sens. Assez psychologue pour mesurer l’inanité d’une morale conjugale fondée sur la seule contrainte, il tenta aussi une éducation du cœur. Avec des accents magnifiques, il exalta l’amour réciproque des époux. Le mari devait être doux et bienveillant pour sa femme comme envers un être plus faible, se montrer plein de tendresse à son égard. Il n’avait aucun privilège dans le ménage : « Il n’est pas permis au mari, ce qui est interdit à la femme » (nec viro licet quod mulieri non licet). Jonas le mettait en garde contre le désordre dans sa propre maison, le concubinage ancillaire étant alors très fréquent. Si le mari méprisait ainsi son épouse, l’aboutissement était chez la femme le désir de quitter son mari, d’où l’ultime mise en garde de Jonas : « Ne donnez pas à vos femmes l’occasion de vouloir divorcer » (nec dare hanc occasionem divortii mulieribus), sous-entendu la version positive : Aimez vos femmes, respectez-les et entourez-les de mille délicatesses, de sorte qu’elles n’aient jamais à se plaindre de vous.

« Gardez donc toujours, ô époux, un tendre, constant, et tout affectueux amour, pour votre épouse.»
       Saint François de Sales

La femme catholique continue de lire cet article ici Vidi Aquam 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :