Emmanuel Macron: être ou ne pas être

Selon les équipes du président de tout les Français,  sa pensée serait complexe! 

Je veux bien les croire!

 

  Au mépris Macronesque,  j’oppose le nada salvateur de  Saint Jean de la Croix:

Pour arriver à être tout, veillez à n’être rien, en rien

 

 

« Pour arriver à goûter tout, veillez à n’avoir goût pour rien » :

« Pour arriver à goûter tout, veillez à n’avoir goût pour rien. Pour arriver à savoir tout, veillez à ne rien savoir de rien. Pour arriver à posséder tout, veillez à ne posséder quoi que ce soit de rien. Pour arriver à être tout, veillez à n’être rien, en rien. Pour arriver à ce que vous ne goûtez pas, vous devez passer par ce que vous ne goûtez pas. Pour arriver à ce que vous ne savez pas, vous devez passer par où vous ne savez pas. Pour arriver à ce que vous ne possédez pas, vous devez passer par où vous ne possédez pas. Pour arriver à ce que vous n’êtes pas, vous devez passer par ce que vous n’êtes pas. Ainsi soit-il. »

Saint Jean de la Croix (1542-1591)

 

Nada te turbe, La femme catholique retourne à sa vaisselle.

 

Les oubliés de nos campagnes apprécieront

PS: n’oublions jamais,  « Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir. « Rivarol

Publicités

Fête de Sainte Jeanne d’Arc

La Question : Actualité Religieuse

Jeanne d'Arc

« Dieu, qui avez donné à Jeanne de Domremy

d’être vaillante aux humbles travaux du ménage et des champs

et généreusement fidèle à tous vos appels, accordez-nous, par son intercession,

d’accomplir avec foi tous les devoirs de notre état

et de vous servir si courageusement dans nos besognes

de la terre que nous méritions d’avoir part,

avec Jeanne et tous les Saints de France,

au royaume du Ciel. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. »

AVE MARIA

Sainte Jeanne de Domremy Priez pour nous.

(50 jours d’indulgence)

21 juin 1941

Emile Blanchet, Evêque de Saint-Dié.

Sceau Jeanne d'Arc

Historique de la Fête de Sainte Jeanne d’Arc

View original post


Le spectacle des catholiques modernes est une tentation au-dessus de mes forces

 

Je reprends à mon compte cet extrait du journal de Léon Bloy

« Je déclare, au nom d’un très-petit groupe d’individus aimant Dieu et décidés à mourir pour lui, quand il le faudra, que le spectacle des catholiques modernes est une tentation au-dessus de nos forces. »

[À un ami inconnu.]

Journal, 6 janvier 1900.

*

 » Je n’ai jamais cessé de l’écrire depuis vingt ans. Jamais il n’y eut rien d’aussi odieux, d’aussi complètement exécrable que le monde catholique contemporain – au moins en France et en Belgique – et je renonce à me demander ce qui pourrait plus sûrement appeler le Feu du Ciel. »

[À un ami inconnu.]

Journal, 6 janvier 1900.

 


Marion Maréchal Le Pen sur TVLibertés

 

 

 » Je suis chargée d’âme, j’ai une petite fille de trois ans […] Je suis de celles qui pensent que si on est défaillant dans ses responsabilités immédiates à l’égard de sa petite nation, c’est à dire sa famille, je ne vois pas comment on peut être performant à l’égard de sa grande nation. »

 


La Rébellion Cachée

 » Le film de Daniel Rabourdin, La Rébellion cachée, expose au monde le premier génocide “progressiste” commis au nom de la justice sociale. « 

David Horowitz, Freedom Center

A la fin du XVIIème siècle, un soulèvement populaire et catholique est brutalement réprimé par les armées de la Révolution Française. Les prêtres et les religieuses sont noyés, pendus ou lynchés. On estime leur perte à 30 000 sur toute la France. Une région défend plus particulièrement son clergé, résiste à la hausse des impôts et refuse de faire la guerre : la Vendée.

Victorieux dans un premier temps, les Vendéens sont ensuite vaincus, à travers l’extermination de 117 000 civils (sur 815 000 résidents), qui comprend le meurtre des femmes et des enfants, afin qu’une « race impure ne subsiste pas ».

La destruction de la population en Vendée est un objectif documenté et archivé au Fort de Vincennes qui soulève aujourd’hui les questions importantes de liberté religieuse et de tyrannie dite « laïque » en France. Ces lois d’élimination de la population n’ont toujours pas été abolies et le documentaire soutient cette abolition. Le débat est spécialement d’actualité à dans le climat géopolitique d’aujourd’hui.

 

Le site de la Rébellion cachée

 

 


Benoît XVI parle de Saint Joseph

saint_st_joseph_19_mars

Chers frères et soeurs !

(…). Je désire aujourd’hui porter mon regard sur la figure de saint Joseph. Dans la page évangélique de ce jour, saint Luc présente la Vierge Marie comme « fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David » (Lc 1, 27). C’est toutefois l’évangéliste Matthieu qui accorde le plus d’importance au père putatif de Jésus, en soulignant que, à travers lui, l’Enfant résultait légalement inscrit dans la descendance de David, et accomplissait ainsi les Écritures, dans lesquelles le Messie était prophétisé comme « fils de David ». Mais le rôle de Joseph ne peut certainement pas se réduire à cet aspect juridique. Il est le modèle de l’homme « juste » (Mt 1, 19), qui, en parfaite harmonie avec son épouse, accueille le Fils de Dieu fait homme et veille sur sa croissance humaine. C’est pourquoi, au cours des jours qui précèdent Noël, il est plus que jamais opportun d’établir une sorte de dialogue spirituel avec saint Joseph, afin qu’il nous aide à vivre en plénitude ce grand mystère de la foi.

Le bien-aimé Pape Jean-Paul II, qui avait une profonde dévotion pour saint Joseph nous a laissé une méditation admirable qui lui est consacrée dans l’Exhortation apostolique Redemptoris Custos, « Le Gardien du Rédempteur »Le Gardien du Rédempteur, exhortation apostolique de Jean-Paul II.

Parmi les nombreux aspects qu’il met en lumière, un accent particulier est placé sur le silence de saint Joseph. Son silence est un silence empreint de contemplation du mystère de Dieu, dans une attitude de disponibilité totale aux volontés divines. En d’autres termes, le silence de saint Joseph ne manifeste pas un vide intérieur, mais au contraire la plénitude de foi qu’il porte dans son cœur, et qui guide chacune de ses pensées et chacune de ses actions. Un silence grâce auquel Joseph, à l’unisson avec Marie, conserve la Parole de Dieu, connue à travers les Ecritures Saintes, en la confrontant en permanence avec les événements de la vie de Jésus ; un silence tissé de prière constante, prière de bénédiction du Seigneur, d’adoration de sa sainte volonté et de confiance sans réserve à sa providence. Il n’est pas exagéré de penser que c’est précisément de son « père » Joseph que Jésus a appris – sur le plan humain – la solidité intérieure qui est le présupposé de la justice authentique, la « justice supérieure » qu’Il enseignera un jour à ses disciples (cf. Mt 5, 20).

Laissons-nous « contaminer » par le silence de saint Joseph !

Nous en avons tant besoin, dans un monde souvent trop bruyant, qui ne favorise pas le recueillement et l’écoute de la voix de Dieu. En ce temps de préparation à Noël, cultivons le recueillement intérieur, pour accueillir et conserver Jésus dans notre vie.

Benoît XVI, Angélus place Saint Pierre, 18 décembre 2005

 9eme-jour---El_Greco_St_Joseph_and_the_Christ_Child_1597-99

Chers frères et sœurs,

Aujourd’hui, 19 mars, nous célébrons la solennité de saint Joseph, mais étant donné que celle-ci tombe le troisième dimanche du Carême, sa célébration liturgique est reportée à demain. Cependant, le contexte marial de l’Angélus nous invite à nous pencher aujourd’hui avec vénération sur la figure de l’époux de la Bienheureuse Vierge Marie et Patron de l’Eglise universelle. Je suis heureux de rappeler que le bien-aimé Jean-Paul II avait également une grande dévotion pour saint Joseph à qui il consacra l’Exhortation apostolique Redemptoris Custos – le Gardien du Rédempteur, et de l’assistance duquel il fit certainement l’expérience à l’heure de sa mort.

La figure de ce grand Saint, même s’il est resté plutôt caché, revêt une importance fondamentale dans l’histoire du salut. Avant tout, appartenant à la tribu de Juda, il relia Jésus à la descendance davidique, si bien que, réalisant les promesses concernant le Messie, le Fils de la Vierge Marie peut vraiment être appelé « fils de David ». L’Évangile de Matthieu, en particulier, met en relief les prophéties messianiques qui trouvent leur accomplissement grâce au rôle de Joseph : la naissance de Jésus à Bethléem (2, 1-6) ; son passage en Egypte, où la sainte famille s’était réfugiée (2, 13-15) ; le surnom de « Nazaréen » (2, 22-23). A l’instar de son épouse, Marie, il s’est montré en tout cela, un authentique héritier de la foi d’Abraham : foi dans le Dieu qui conduit les événements de l’histoire selon son mystérieux dessein de salut. Sa grandeur, comme celle de Marie, ressort encore davantage du fait que sa mission se soit accomplie dans l’humilité et la vie cachée de la maison de Nazareth. Du reste, Dieu lui-même dans la Personne de son Fils incarné, a choisi cette voie et ce style – l’humilité et la vie cachée – dans son existence terrestre.

L’exemple de saint Joseph est pour nous tous une puissante invitation à accomplir avec fidélité, simplicité et modestie, le rôle que la Providence nous a confié. Je pense avant tout aux pères et aux mères de famille, et je prie afin qu’ils sachent toujours apprécier la beauté d’une vie simple, de travail, en cultivant avec tendresse la relation conjugale et en accomplissant avec enthousiasme la grande et difficile mission éducative. Que saint Joseph obtienne pour les prêtres, qui exercent la paternité vis à vis des communautés ecclésiales, d’aimer l’Eglise avec affection et dévouement total, et qu’il aide les personnes consacrées à observer, dans la joie et la fidélité, les conseils évangéliques de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Qu’il protège les travailleurs du monde entier, afin qu’ils contribuent à travers leurs différentes professions, au progrès de l’humanité tout entière et qu’il aide chaque chrétien à faire, avec confiance et avec amour, la volonté de Dieu, en coopérant ainsi à l’accomplissement de l’œuvre du salut.

ROME, intervention du pape Benoît XVI lors de la prière de l’Angélus du dimanche 19 mars.


« Ma femme ne travaille pas! »

femme-au-foyer-02030

Tannée de toujours entendre la phrase « que fais-tu toute la journée? », Ryshell Castleberry a décidé de rédiger un hommage à toutes les mères au foyer par l’entremise de Facebook. Sa publication est rapidement devenue virale, et elle a été partagée plus de 300 000 fois.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce n’est pas suffisant. Cette publication doit être lue par tout le monde pour réellement apprécier tous les sacrifices et les efforts faits par les mères au foyer pour leurs familles.

Plus d’info : Facebook | Source : BoredPanda

Ma femme ne travaille pas
Ma femme ne fonctionne pas !!!

Conversation entre un mari (M) et un psychologue (P) :
P : Que faites-vous dans la vie, Mr Rogers ?
M : Je suis comptable dans une banque…
P : Et votre femme ?
M : Elle ne travaille pas. C’est une mère au foyer.
P : Qui prépare le petit déjeuner pour votre famille ?
M : Ma femme, puisqu’elle ne travaille pas.
P : À quelle heure votre femme se réveille-t-elle le matin ?
M : Elle se réveille très tôt puisque les choses doivent être organisées. Elle prépare les repas du midi pour les enfants, elle s’assure qu’ils sont bien habillés et peignés, qu’ils ont mangé, brossé leurs dents et amassé tous leurs effets scolaires. Elle se réveille avec le bébé, change sa couche et l’allaite.
P : Comment vos enfants se rendent-ils à l’école ?
M : Ma femme les conduit à l’école, puisqu’elle ne travaille pas.
P : Après avoir conduit les enfants à l’école, que fait-elle ?
M : Elle se rend au supermarché pour faire l’épicerie ou elle fait des courses pour la maison. Parfois, elle oublie quelque chose et doit refaire tout le trajet avec le bébé qui pleure. Une fois retournée à la maison, elle doit nourrir le bébé et l’allaiter, changer sa couche et le préparer pour la sieste, nettoyer la maison et faire la lessive. Vous savez, puisqu’elle ne travaille pas.
P : Le soir, lorsque vous revenez du bureau, que faites-vous ?
M : Je me repose, bien entendu. Je suis épuisé de ma longue journée de travail à la banque.
P : Que fait votre femme le soir ?
M : Elle prépare le dîner, nous sert à manger, lave la vaisselle, nettoie la maison et promène le chien. Après avoir aidé les enfants avec leurs devoirs, elle les prépare pour le dodo et vérifie qu’ils ont brossé leurs dents. Ensuite, elle change la couche du bébé et l’allaite à nouveau. Lorsqu’elle est au lit, elle se réveille régulièrement pour allaiter et changer des couches au besoin, puisqu’elle ne doit pas se lever pour aller travailler.

Voilà la routine quotidienne de plusieurs femmes du monde entier. Elle commence à l’aube et continue jusqu’aux petites heures du matin… et ça s’appelle « ne travaille pas » ?!
Être une mère au foyer ne requiert peut-être pas de diplôme, mais c’est un rôle familial indispensable !
Appréciez votre femme, votre mère, votre grand-mère, votre tante, votre sœur ou votre fille… parce que leurs sacrifices sont inestimables.

Quelqu’un m’a demandé…
« Es-tu une femme qui travaille, ou es-tu simplement une mère au foyer ? »

J’ai répondu :
Je suis une femme qui travaille à la maison, 24 heures par jour…
Je suis une mère,
Je suis une femme,
Je suis une fille,
Je suis un réveille-matin,
Je suis la cuisinière,
Je suis la femme de ménage,
Je suis la maîtresse de maison,
Je suis la serveuse,
Je suis la nounou,
Je suis une infirmière,
Je suis une travailleuse manuelle,
Je suis une agente de sécurité,
Je suis la conseillère,
Je suis la consolatrice,
Je n’ai pas de congés,
Je travaille jour et nuit,
Je suis toujours en service,
Je ne suis pas payée et…
Même dans ce cas, j’entends souvent la phrase :
« Mais que fais-tu toute la journée ? »

En hommage à toutes les femmes qui consacrent leurs vies au bien-être de leurs familles.

À partager avec toutes les magnifiques femmes présentes dans votre vie.

Ryshell Castleberry

123455xj2Tout en cherchant une photographie pour illustrer le propos de Ryshell Castleberry, j’ai lu la  lettre d’un époux à sa femme chérie, qui refuse de travailler pendant qu’il « se  crève », [sic]!


Les mères

Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875), Mother and Child

Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875)

Célébrer la maternité de Marie comme Mère de Dieu et notre mère au début d’une année nouvelle signifie rappeler une certitude qui accompagnera nos journées : nous sommes un peuple qui a une Mère, nous ne sommes pas des orphelins.

Les mères sont l’antidote le plus fort contre nos tendances individualistes et égoïstes, contre nos fermetures et nos apathies. Une société sans mères serait non seulement une société froide, mais aussi une société qui a perdu le cœur, qui a perdu la « saveur de famille ». Une société sans mères serait une société sans pitié, qui a laissé la place seulement au calcul et à la spéculation. Parce que les mères, même aux pires moments, savent donner le témoignage de la tendresse, du don de soi sans condition, de la force de l’espérance. J’ai beaucoup appris de ces mères qui, ayant les enfants en prison ou prostrés sur un lit d’hôpital, ou soumis à l’esclavage de la drogue, qu’il fasse froid ou chaud, qu’il pleuve ou dans la sécheresse, ne se rendent pas et continuent à lutter pour leur donner le meilleur. Oh ces mères qui, dans les camps de réfugiés, ou même en pleine guerre, réussissent à embrasser et à soutenir sans faiblir la souffrance de leurs enfants. Mères qui donnent littéralement leur vie pour qu’aucun de leurs enfants ne se perde. Là où se trouve la mère, se trouvent unité, appartenance, appartenance de fils.

123455xj2

La femme catholique à extrait ce passage de l’homélie du Pape François  de  ce jour


Père Jacques Hamel

13754338_10154338450554250_7100951526319478689_n


Ode à la femme

Saint Michel Archange

ode_a_la_femme_sainte_vierge_marie_mere_de_dieu

L’époque contemporaine est assiégée de toute part, telle une forteresse, par de terribles hérésies. Tant et si bien que la masse silencieuse parvient de moins en moins à distinguer le bien du mal. Ainsi, la femme adultère, perverse, sexuée, bafouée, revancharde ou indépendante est mise sur un piédestal tandis que celle qui joue son rôle de mère aimante est totalement méprisée. Les doctrines maléfiques ont renversé la bonne intelligence pour nous faire avaler de nombreuses couleuvres. Pour remédier modestement à ces fléaux, un hommage est rendu, dans la première partie de cet article, au mariage et à la famille. La deuxième partie du texte, quant à elle, est une ode à la femme et à la sainte maternité.

Lettre de l’apôtre saint Pierre aux époux, commentée par Dom Guéranger. Extrait du Tome 1, page 40 à 42, de « sainte Cécile et la société romaine ».

« En même temps qu’il retirait…

View original post 1 625 mots de plus


%d blogueurs aiment cette page :