Une femme qui se dévoile brise son mystère

 

 

Toutes les vidéos de Femme à part sont à regarder ici:

Femme à part vidéos

Publicités

Comment s’habiller le dimanche?

Femme à part

Dimanche.png

La question vous paraît étonnante? Et pourtant je suis sûre que vous utilisez dans votre vocabulaire courant le verbe « s’endimancher », sans forcément penser à sa signification première: revêtir ses habits du dimanche. Passé dans l’usage courant, il signifie maintenant s’habiller différemment du quotidien, être plus apprêté, avoir une tenue plus soignée. Pourquoi donc? Parce qu’autrefois (on le voit d’ailleurs dans de nombreux films ou séries historiques) nos ancêtres prêtaient attention à leur façon de s’habiller pour aller à l’église le dimanche, par respect pour le jour du Seigneur. En effet, l’Église catholique considère le dimanche comme le premier jour de la semaine, en souvenir de la Résurrection du Christ ce jour-là, et demande d’aller à la messe et de respecter le repos dominical, c’est-à-dire de ne pas travailler et de favoriser plutôt la vie familiale et spirituelle, la pratique des œuvres de miséricorde ou encore une détente convenable à…

Voir l’article original 550 mots de plus


Apprendre les bonnes manières avec Hanna Gas

 

Je viens de découvrir  le site Apprendre les bonnes manières  d’HANNA GAS , 

une jeune femme passionnée par les subtilités de l’étiquette, les règles de savoir-vivre, et les raffinements de la politesse…

Une jeune femme délicieuse, sympathique, pétillante, pleine d’humour… je ne tarit pas d’éloge.

En ce qui me concerne, c’est MON site de référence,  pour devenir une vraie dame des temps modernes.

 

 

L’article

Élégance féminine & expérience chiffrée : le constat consternant !

fait écho à mes propres préoccupations concernant la mode féminine actuelle.

 

 

 

 

 

 


La femme moderne selon Marc Bonnant

« De la part des femmes, c’est une démarche totalement suicidaire. La femme avait des fonctions sacrales, et de dire que ces fonctions étaient la maternité, les figures du lien, les dieux lares, les vestales, qu’elle était la gardienne du bonheur, l’ordonnatrice de la vie, ce n’est pas la réduire, c’est l’exalter. La femme était notre passion transitive.
On convoitait une femme, on aimait une femme. La femme au fond était notre complément d’objet direct. Elle a voulu être sujet, ce qui a créé un grand désordre dans notre grammaire. A mon sens, les femmes ont tout perdu. Elles ont perdu notre admiration fébrile, elles nous ont proposé une sorte de camaraderie de chambrée, mais pour cela nous avons déjà le service militaire…
L’égalité n’est pas une conquête légitime pour vous?
Il n’y a aucune raison que mon coeur s’embrase pour un autre moi-même. Les femmes ont basculé dans un psittacisme (n.d.l.r.: répétition machinale) dérisoire du masculin. Elles ont fait la démonstration rapide qu’elles savent faire ce que nous faisons. Quel grand avènement pour l’humanité que d’avoir des sapeuses-pompières, des procureuses atrabilaires, de bouffonnes candidates présidentielles et autres cheffes humorales…
Elles ont voulu se dépouiller de ce qui faisait d’elles ces êtres infiniment éthérés, supérieurs. Nous convenons tous, nous les hommes, qu’elles nous sont mille fois supérieures. Pourquoi veulent-elles absurdement se contenter d’être nos égales?
Comment les traiter alors? De chevaliers servants à reines?
J’aime que l’on ait avec une femme un rapport cultuel. Il faut l’honorer, au sens multiple, comme on fait monter l’encens. Lorsque, cessant d’être objet de tout, la femme a voulu être sujet de rien, je crois qu’elle a brisé nos rêves en même temps qu’elle a abandonné son empire et son emprise. La conséquence de tout cela, c’est que nous regardons, désormais, les femmes avec indifférence. Face à la femme moderne, nous n’avons plus que quelques parades: le sport et l’onanisme pour la plupart, la littérature et la pédérastie pour les plus raffinés d’entre nous. Les femmes ont cessé d’être aimables en voulant nous ressembler, avec des brutalités, des vulgarités, des ambitions subalternes, des fatigues inesthétiques. Comme c’est dommage. »

Marc Bonnant


Jeanne et Léon Bloy. Un couple surnaturel

La famille Bloy au Pouliguen, en 1909

Rien ne les disposait à se rencontrer, à s’aimer et pourtant, ils ont ­formé l’un des couples les plus féconds qui soient, dans l’ordre spirituel et littéraire mais aussi familial.

Jeanne Molbech, danoise et protestante, était la petite-fille distinguée d’un intellectuel romantique qui fut l’un des maîtres de Kierkegaard. Lorsqu’elle vit Léon Bloy pour la première fois dans un salon parisien, il lui fut présenté comme  «un mendiant» – comprenez, un parasite -, pourtant,elle sentit aussitôt son cœur voler vers lui. Elle lut Le Désespéré, ils se revirent, passèrent une soirée à discuter. Le lendemain, il lui adressait sa première lettre:

 

« Il est certain qu’il y a des êtres qui …

 

 

 

La femme catholique a lu cet article sur Le Figaro du 26 octobre 2017

 

 

 

 

Trouvé sur un Télérama.


Emmanuel Macron: être ou ne pas être

Selon les équipes du président de tout les Français,  sa pensée serait complexe! 

Je veux bien les croire!

 

  Au mépris Macronesque,  j’oppose le nada salvateur de  Saint Jean de la Croix:

Pour arriver à être tout, veillez à n’être rien, en rien

 

 

« Pour arriver à goûter tout, veillez à n’avoir goût pour rien » :

« Pour arriver à goûter tout, veillez à n’avoir goût pour rien. Pour arriver à savoir tout, veillez à ne rien savoir de rien. Pour arriver à posséder tout, veillez à ne posséder quoi que ce soit de rien. Pour arriver à être tout, veillez à n’être rien, en rien. Pour arriver à ce que vous ne goûtez pas, vous devez passer par ce que vous ne goûtez pas. Pour arriver à ce que vous ne savez pas, vous devez passer par où vous ne savez pas. Pour arriver à ce que vous ne possédez pas, vous devez passer par où vous ne possédez pas. Pour arriver à ce que vous n’êtes pas, vous devez passer par ce que vous n’êtes pas. Ainsi soit-il. »

Saint Jean de la Croix (1542-1591)

 

Nada te turbe, La femme catholique retourne à sa vaisselle.

 

Les oubliés de nos campagnes apprécieront

PS: n’oublions jamais,  « Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir. « Rivarol


Fête de Sainte Jeanne d’Arc

La Question : Actualité Religieuse

Jeanne d'Arc

« Dieu, qui avez donné à Jeanne de Domremy

d’être vaillante aux humbles travaux du ménage et des champs

et généreusement fidèle à tous vos appels, accordez-nous, par son intercession,

d’accomplir avec foi tous les devoirs de notre état

et de vous servir si courageusement dans nos besognes

de la terre que nous méritions d’avoir part,

avec Jeanne et tous les Saints de France,

au royaume du Ciel. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. »

AVE MARIA

Sainte Jeanne de Domremy Priez pour nous.

(50 jours d’indulgence)

21 juin 1941

Emile Blanchet, Evêque de Saint-Dié.

Sceau Jeanne d'Arc

Historique de la Fête de Sainte Jeanne d’Arc

Voir l’article original


Le spectacle des catholiques modernes est une tentation au-dessus de mes forces

 

Je reprends à mon compte cet extrait du journal de Léon Bloy

« Je déclare, au nom d’un très-petit groupe d’individus aimant Dieu et décidés à mourir pour lui, quand il le faudra, que le spectacle des catholiques modernes est une tentation au-dessus de nos forces. »

[À un ami inconnu.]

Journal, 6 janvier 1900.

*

 » Je n’ai jamais cessé de l’écrire depuis vingt ans. Jamais il n’y eut rien d’aussi odieux, d’aussi complètement exécrable que le monde catholique contemporain – au moins en France et en Belgique – et je renonce à me demander ce qui pourrait plus sûrement appeler le Feu du Ciel. »

[À un ami inconnu.]

Journal, 6 janvier 1900.

 


Marion Maréchal Le Pen sur TVLibertés

 

 

 » Je suis chargée d’âme, j’ai une petite fille de trois ans […] Je suis de celles qui pensent que si on est défaillant dans ses responsabilités immédiates à l’égard de sa petite nation, c’est à dire sa famille, je ne vois pas comment on peut être performant à l’égard de sa grande nation. »

 


La Rébellion Cachée

 » Le film de Daniel Rabourdin, La Rébellion cachée, expose au monde le premier génocide “progressiste” commis au nom de la justice sociale. « 

David Horowitz, Freedom Center

A la fin du XVIIème siècle, un soulèvement populaire et catholique est brutalement réprimé par les armées de la Révolution Française. Les prêtres et les religieuses sont noyés, pendus ou lynchés. On estime leur perte à 30 000 sur toute la France. Une région défend plus particulièrement son clergé, résiste à la hausse des impôts et refuse de faire la guerre : la Vendée.

Victorieux dans un premier temps, les Vendéens sont ensuite vaincus, à travers l’extermination de 117 000 civils (sur 815 000 résidents), qui comprend le meurtre des femmes et des enfants, afin qu’une « race impure ne subsiste pas ».

La destruction de la population en Vendée est un objectif documenté et archivé au Fort de Vincennes qui soulève aujourd’hui les questions importantes de liberté religieuse et de tyrannie dite « laïque » en France. Ces lois d’élimination de la population n’ont toujours pas été abolies et le documentaire soutient cette abolition. Le débat est spécialement d’actualité à dans le climat géopolitique d’aujourd’hui.

 

Le site de la Rébellion cachée

 

 


%d blogueurs aiment cette page :